Avant Propos

Bienvenue pour l’idée reçue numéro 21 de mon challenge « 30 jours pour démystifier la périnatalité et la parentalité ».

Aujourd’hui on va parler de la péridurale. Si vous attendez votre premier enfant et que vous souhaitez accoucher sans péridurale ce sera compliqué à faire entendre. Cet article ne sera pas pro ni anti péridurale d’ailleurs je serais bien mal placée car j’ai vécu les deux.

La péridurale c’est quoi ?

Source : Biennaitre.canalblog.com

La péridurale, aussi appelée épidurale est une technique d’anesthésie locale. Elle consiste à bloquer la transmission des sensations douloureuses en injectant un produit anesthésiant au niveau de l’espace péridural. C’est un geste médical uniquement réalisé par médecin un anesthésiste.

Utilisée dans plus de 50% des accouchements, l’analgésie péridurale permet de continuer à sentir les contractions sans qu’elles soient douloureuses. De plus, elle permet aussi de réaliser une césarienne.

Il y a plusieurs types de péridurales. Soit en doses ponctuelles, soit en continu avec la possibilité pour la maman de faire des « bolus », soit à l’aide d’une PCEA. Petite nouvelle dans le monde de la péridurale, la péridurale déambulatoire séduit de plus en plus de mamans.

La péridurale déambulatoire

Je trouve important de faire un point sur la péridurale déambulatoire car c’est à mon sens une technique très intéressante.

En effet, si la péridurale classique ne vous permet pas de vous lever, ce n’est plus le cas avec cette nouvelle technique. Et c’est un grand avantage quand on sait que la mobilisation aide à la descente du bébé.

Technique permettant une grande flexibilité, la péridurale déambulatoire est posée avec le même matériel et les mêmes produits mais à moindre concentration. L’avantage d’utiliser les mêmes produits est qu’en cas de besoin il suffit juste d’augmenter la dose pour basculer sur une péridurale classique.

Point important à noter, la péridurale déambulatoire ne vous enlèvera pas complétement la douleur, elle permettra qu’elle soit diminuée à un niveau supportable. Donc tant que cette douleur reste supportable, vous pouvez bouger autant que vous le souhaitez, chouette non ?

Petites choses à savoir sur la péridurale

  • La péridurale classique peut augmenter la durée du travail. En effet, comme vous ne pouvez plus vous mobiliser de la même manière, ce la ne facilite pas la descente du bébé.
  • La péridurale augmente le risque d’utilisation de la ventouse ou des forceps. Surtout si elle est trop dosée car dans ce cas, la mère ressens moins bien les poussées.
  • Pour compléter la matérialisation de l’accouchement, inévitablement le risque d’avoir recours à l’épisiotomie est augmenté.

Est-ce obligatoire ?

La péridurale n’est absolument pas obligatoire. C’est vous « future maman » qui décidez si vous souhaitez l’avoir ou pas. Et vous pouvez prendre cette décision jusqu’à la fin du travail donc pas de pression ! Attention cependant, cela peut varier selon le protocole hospitalier en place et si vous êtes sur le point de pousser. Pour ce deuxième cas, c’est justifié par le fait qu’il faut une vingtaine de minutes pour poser la péridurale et si vous êtes sur le point de pousser, c’est à peu près le temps que vous mettrez à faire sortir votre merveille.

Alors si vous êtes enceinte de votre premier enfant, on peut tenter de vous dissuader d’accoucher sans péridurale en vous donnant tout un tas d’arguments voire en vous l’imposant. Mais n’oubliez pas une chose :  » VOTRE corps, VOTRE décision ».

Lorsque j’attendais mon premier enfant, j’étais phobique de la péridurale. Une peur panique à l’idée qu’on me rate et que je ne sente plus jamais mes jambes. J’avais donc décidé d’accoucher sans péridurale. Et lorsque j’en ai fait part à mon gynécologue, il m’a répondu « si vous ne voulez pas de péridurale vous n’avez qu’à aller accoucher ailleurs ». Je vous le donne en mille, je l’ai pris au mot, j’ai changé de gynécologue. Finalement ayant fini ma grossesse en suivi intensif pour retard de croissance intra utérin, j’ai accouché avec la péridurale mais c’est qu’on m’avait convaincu que c’était le mieux pour mon fils. Bon, ce n’était pas vrai, j’aurai pu faire sans mais cet accouchement c’est tellement bien passé que je n’ai aucun regret.

Alors que faire ?

Ce que je peux vous conseiller, c’est de ne pas vous fermer complètement. Rencontrez l’anesthésiste, écoutez ce qu’il a à vous dire sur la péridurale ça ne vous engage à rien. Ensuite, laissez vous le choix de la prendre ou non sans vous mettre de pression.

Notez tout de même que si vous souhaitez absolument une péridurale il reste un risque que vous ne puissiez l’avoir. Troubles de la coagulation, scoliose importante, situations d’urgence ne pouvant pas attendre que la péridurale agisse ou accouchement trop rapide. Des alternatives naturelles existent, n’hésitez pas à questionner votre sage-femme ou votre consultante en périnatalité.

J’espère que cet article sur la péridurale vous aura plu, que j’ai répondu à vos questions sur l’analgésie péridurale. Nh’ésitez pas à commenter et à partager 😉 A demain pour l’dée reçue numéro 22 !

You may also like...

Et vous, qu'en pensez-vous?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.