Pause tirage le jour de ma reprise, mon maquillage avait coulé parce que j’ai passé un certain temps à pleurer ce jour là.

Avant Propos

Bienvenue pour le 27 ème jour de mon challenge « 30 jours pour démystifier la périnatalité et la parentalité ». Cette semaine on parle du post-partum.
Les droits des femmes en matière de congé maternité ont bien évolué. Il est loin le temps où les femmes enceintes devaient travailler jusqu’à l’accouchement et reprendre à peine quelques jours après avoir donné la vie.
« De mon temps, on reprenait le travail bien plus vite ! » Qui n’a pas entendu cette phrase toujours au meilleur moment ? Le meilleur moment c’est celui où vous pleurez en apprenant votre date de reprise. C’est à ce moment qu’on vous achève avec cette phrase. Elle es vraie ! Mais pas forcément très bienveillante. Et surtout rarement dite au bon moment…

L’histoire du congé maternité

Début du XXème siècle

C’est Fernand Engerand qui a déposé la première proposition de loi sur le congé maternité en 1906. Cette loi est adoptée le 27 Novembre 1909.
Cependant, à cette époque, la loi prévoit seulement 8 semaines de congés non rémunérés répartis avant et après la naissance. La grosse révolution à ce moment était que cette loi protégeait aussi ces femmes du licenciement.
C’est en 1913 que la rémunération va être mise en place (loi Strauss) pour les 4 semaines obligatoires de congé postnatal. Le congé prénatal n’étant pas obligatoire à ce moment.

Cette évolution est liée à plusieurs constats. Pour commencer, les femmes étaient inquiètes à l’idée d’être enceintes car elles risquaient leur emploi. Le congé maternité même non rémunéré a été un grand soulagement pour ça. Ensuite, l’absence de rémunération du congé maternité entrainait inévitablement une baisse du nombre de naissances et une hausse de la mortalité infantile. En effet, les femmes ne pouvant pas se permettre un congé non rémunéré repartaient au travail presqu’aussitôt après avoir accouché. Et des études scientifiques (notamment Adolphe Pinard) ont démontré le bienfait du repos des mères sur la santé du nourrisson.

Et après

En 1919, la durée du congé de maternité est rallongé à 12 semaines soit 6 semaines avant et 6 semaines après. Et il est totalement rémunéré. En 1928, est adoptée la loi sur la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les allocations de maternité deviennent un droit lié à l’exercice du travail.
Il faudra attendre le 17 Juillet 1980 pour que le congé maternité tel qu’on le connaît soit adopté.

Mais le congé maternité, il sert à quoi ?

Comme expliqué plus haut, plusieurs constats ont été faits concernant la nécessité d’un congé maternité. Il faut se souvenir que la femme repousse les limites de son corps lorsqu’elle accouche. Et ça laisse des traces. Donc pour commencer, pour laisser le temps au corps de se ressourcer, ce temps hors du travail est primordial.
Le congé maternité est nécessaire pour permettre une récupération plus rapide et tisser les liens d’attachement mère/enfant. Les premiers mois sont primordiaux pour nouer ces liens. N’oublions pas que bébé a passé 9 mois dans le ventre de sa maman et qu’il lui faut au moins autant pour comprendre qu’il ne fait pas qu’un avec maman.

Le Mois d’Or

Je ferai un article dédié à ce sujet très important pour moi. Mais je ne pouvait pas parler du congé maternité sans parler du Mois d’Or. Rappelez vous, je l’ai évoqué dans mon article sur le portage. Le Mois d’Or est cette période de 40 jours pendant lesquels maman et bébé sont en fusion. Bébé débute son développement psycho-émotionnel et pour le faire, il a besoin de ses parents.

Le Quatrième Trimestre

Je ne sais plus si je vous en ai déjà parlé mais le Mois d’Or fais partie du Quatrième Trimestre de gestation. Qu’est ce que le quatrième trimestre ? On a tendance à penser qu’une fois l’accouchement passé, la gestation est terminée. Or, ce n’est pas le cas. On pourrait renommer cette période la dégestation. Pendant ces trois premiers mois de post-partum, c’est tout un chantier physique et psychique qui se joue. Ce chamboulement contribue au cheminement vers un nouvel équilibre.

Je vous propose de lire l’excellent livre d’Ingrid Bayot à ce sujet car elle en parle bien mieux que moi.

Finalement il n’est pas assez long ce congé !

Et non, malheureusement nous faisons partie des pays les moins privilégiés concernant la durée du congé maternité. Par contre, contrairement à d’autres pays où il est plus long mais rémunéré à moins de 80%, en France, c’est 100% de rémunération.
Cependant, ne serait-ce que pour profiter de ce quatrième trimestre et s’offrir le temps nécessaire pour récupérer, il mériterait d’être rallongé. Personnellement, j’ai eu la chance de ne reprendre le travail qu’aux 3 mois et demi de mon fils et aux 8 mois de ma fille. Malgré cela la séparation a été difficile alors je n’imagine même pas si j’avais dû reprendre à 2 mois et demi !

Certes, en lisant l’histoire du congé maternité, nous pouvons nous rendre compte que nous faisons partie des privilégiés à notre époque. Mais nous sommes aussi à une époque où la recherche notamment en neurosciences a évolué. Ainsi, des comportements qu’on pensait anodins au siècle dernier ont finalement des répercussions importantes. Alors plutôt que de souligner la « faiblesse » des femmes d’aujourd’hui, peut être est-il plus judicieux de souligner qu’enfin, on se rend compte des besoins des jeunes mères et de leur bébé.

J’espère que cet article vous a plu. N’hésitez pas à le partager et à commenter.
D’ailleurs, je souhaite savoir quand est ce que vous avez repris le travail ?

You may also like...

Et vous, qu'en pensez-vous?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :